Top-5 : les temps forts du Challenge Monoplace en 2017

Last but not least, nous terminons notre récapitulatif des temps forts de la saison 2017 des V de V Endurance Series avec une autre des grandes attractions à l’échelle européenne, le Challenge Monoplace.

1 –Hériau, la fidélité récompensée

Gilles Hériau procéda méthodiquement pour se hisser au sommet de la hiérarchie du Challenge Monoplace V de V. Troisième du championnat au terme de sa première campagne en 2015, il accède à la deuxième marche du podium final l’année suivante, et donc sur la plus haute en 2017 ! Présent dans le tiercé de tête lors du coup d’envoi à Barcelone, le pensionnaire de Formula Motorsport confirme ensuite son excellent début de saison à Portimao ou il ouvre son compteur de victoires, avant de récidiver à Dijon. Auteur d’au moins un Top-3 sur chacun des sept meetings, il en totalise très exactement 13. Un chiffre finalement porte bonheur pour le Breton !

 

2 – Hörr et Müller-Crepon, les jeunes poussent

Laurents Hörr créé la sensation à Barcelone en réalisant le triplé dès ses débuts dans le Challenge. Auteur d’une superbe remontée à Portimao après des qualifications difficile, l’Allemand de Dütt Motorsport voit la réussite le fuir au Paul Ricard, puis à Dijon, avant de se ressaisir à la rentrée, et tout particulièrement à Estoril où il se révèle le deuxième performer. Moritz Müller-Crepon, lui, emprunte le chemin inverse, en accrochant certes des podiums de bout en bout, mais en se montrant tout particulièrement à l’aise en milieu de saison. Le Suisse de Heuri Rennwagen décroche en effet son premier succès à Dijon, fait un carton plein à Jarama, puis s’impose encore à deux reprises à Magny-Cours. Insuffisant, toutefois, pour priver Hörr de la place de vice-champion.

 

3 – R-ace GP et Pierre-Alexandre Jean mettent leur grain de sel

L’écurie R-Ace GP affole les chronos lors de ses deux apparitions à Portimao, puis sur le Circuit Paul Ricard, en monopolisant à chaque fois la première ligne de la grille à l’issue des qualifications. Au Portugal avec Michael Benyahia et Théo Coicaud, et dans le Var avec Logan Sageant et Gilles Magnus. Le bilan sera en tout cas impressionnant, puisque sur les six courses auxquelles elle prend part, la structure de Thibaut de Merindol en remporte cinq (deux pour Benyahia et Magnus, une pour Sargeant). L’équipe française n’est cependant pas la seule à venir jouer les trouble fêtes en cette saison 2017. Pierre-Alexandre Jean (photo), lorsqu’il vient se frotter au plateau à partir de Jarama, s’affirme en effet rapidement comme un prétendant à la victoire. Coaché par Soheil Ayari, le pilote RC Formula le confirme en dominant les trois manches de la finale à Estoril. Avec en prime toutes les pole positions !

 

4 – L’incroyable duel « Lebreton » / Peccenini en Gentleman

Après s’être fait grillé la politesse par Pietro Peccenini la saison précédente, « Lebreton » se présente à Barcelone avec un fort sentiment de revanche. L’Italien est cependant l’auteur d’une meilleure entame, accrochant deux victoires d’entrée, mais ils n’auront de cesse de s’échanger le leadership par la suite. Le pilote Formula Motorsport prend en effet l’avantage à Portimao, Dijon, Magny-Cours ; le pensionnaire de TS Corse en Espagne, donc, au Castellet et à Jarama. Soit exactement un meeting sur deux. Mais à Estoril, en dépit d’une frayeur, le Français prend finalement, l’avantage et, avec 8 victoires contre 6, succède ainsi à son grand rival au palmarès du Challenge.

 

5 – Quand les Gentlemen s’immiscent aux avant-postes

Dès Barcelone, en se hissant dans le Top-10 des qualifications, Pietro Peccenini et « Lebreton » démontrèrent déjà à quel point les Gentlemen peuvent être rapides. Mais à Dijon, Xavier Benecchi le confirme, et bien plus encore. A bord de sa F.R. 2.0 de Formula Motorsport, il se paye le luxe de terminer à deux reprises sur la troisième marche du podium du général, avant d’échouer de justesse au pied de celui-ci en troisième manche ! Lors des deux meetings auxquels il participa, soit six courses, il remporta en tout cas le classement Gentleman en cinq occasions. S’il avait participé à l’intégralité, aurait-il été champion ? Qui sait…

©2018 V de V Sports organisation de courses d’endurance | Réalisation WidooStudio