Le moteur turbo a tourné à Nogaro, Vilarino et Capillaire se livrent

Attendu depuis de long mois, le bloc 1,6 litre turbo préparé par RDM, l’unique préparateur de ce moteur autorisé en V de V, a effectué ses premiers tours la semaine dernière sur le circuit de Nogaro. Ander Vilarino et Vincent Capillaire étaient chargés de cette mise en route, et nous livrent leurs impressions.

Mardi 26 septembre, les conditions étaient idéales dans le Gers pour procéder au baptême de ce moteur 1,6 litre turbo d’origine Peugeot, greffé au châssis M20 FC développé par Norma Auto Concept. Ses débuts ont été très prometteurs, à en croire Ander Vilarino et Vincent Capillaire, choisis pour procéder au premier roulage du moulin. « Comme toujours lorsque l’on met en route une nouveauté, il y a quelques réglages à affiner, comme la cartographie, mais nous avons pu rouler longuement sans rencontrer de problème particulier, souligne l’Espagnol, champion en titre et actuel leader du Challenge Européen Endurance Proto. Nous avons d’abord roulé avec des pneus usés et nous avons signé des chronos très corrects. Lorsqu’ensuite nous avons monté des gommes neuves, les temps se sont rapprochés des performances réalisées avec le moteur Honda. La vitesse est là, et c’est d’autant plus encourageant qu’il ne s’agissait que de la toute première journée, et qu’il aurait été possible d’affiner encore davantage les réglages de cette auto fournie par Norma. »

D’après les observations réalisées lors de cette journée, ce moteur turbo développé par RDM se révèle pour l’heure un peu plus gourmand en carburant, et les pneumatiques souffrent un peu plus du couple supérieur. Ce paramètre nécessite d’ailleurs d’adapter son pilotage. « La façon de conduire est différente, car la plage d’utilisation du Honda est plus importante et il faut négocier les courbes sur l’élan, tandis qu’avec ce moteur, tu arrêtes la voiture un peu plus tôt, parce que tout se fait à l’accélération. Cela nécessite d’être fin durant cette phase, car la moindre erreur, même infime, c’est l’assurance de laisser filer des dixièmes. Cela représente un beau défi pour le pilote, qu’il soit Elite, Open ou Gentleman, et ça m’a beaucoup plu. »

Vincent Capillaire confirme les impressions de son équipier chez TFT, qu’il talonne désormais au championnat après sa deuxième place acquise à Jarama à bord de la Norma n°8. « Dès le début j’ai eu un bon feeling avec ce moteur et nous avons pu couvrir pas mal de tours avec un niveau de performance intéressant, confie Vincent. Ce qui est notable d’entrée, c’est la diminution des vibrations, comparé au moteur atmosphérique, ainsi que la sensation de poussée à l’accélération grâce au couple proposé par le turbo. C’est agréable et on ressent davantage la sensation de puissance, surtout à la relance. Nous avons pu faire un comparatif, côte à côté, et il se confirme que le moteur turbo prend l’avantage au début, avant que l’écart se réduise. En bout de ligne droit l’allonge est plutôt en faveur du Honda. On s’attendait à ce qu’il soit plus important, mais on n’est finalement pas si loin. »

« Comme le souligne Ander, la technique de pilotage est différente car il faut avant tout chercher à bien négocier la relance pour exploiter la puissance. Je craignais que le bruit ne soit pas transcendant, mais que ce soit de l’intérieur ou de l’extérieur, j’ai été agréablement surpris, c’est un véritable moteur de course, et c’est marrant, quand on lève le pied, d’entendre le déchargement du turbo. Il reste naturellement du travail à effectuer, travailler sur la cartographie, étager la boîte, mais c’est déjà une très bonne base et pour une première journée c’est très positif. »

Aux ingénieurs et organisateurs, désormais, d’analyser les données chiffrées de performances, d’autonomie et d’usure des pneus, pour parvenir rapidement à une équivalence technique et règlementaire.

©2019 V de V Sports organisation de courses d’endurance | Réalisation WidooStudio